Mgr Dominique Le Tourneau

Le Da Vinci code et l’Église catholique

Accueil > Articles et conférences > Le Da Vinci code et l’Église catholique

« Lorsqu’on vous dit, de la part de l’Église catholique, que toutes les affirmations contenues dans le livre [Da Vinci code] sont erronées, croyez-le »

Umberto Eco , « L’Espresso », 30 juillet 2005

Le roman de Dan Brown, Da Vinci code (DVC), impressionne par ses présentations suggestives de l’histoire du christianisme, prétendument fondées sur des preuves scientifiques, mais bien éloignées de la foi de l’Église catholique.

Le DVC est un roman . Cependant, l’auteur prétend que son intrigue est basée sur des faits historiquement avérés, ce qui est contraire à la vérité. Ses propos sur le Christ, la théologie catholique, l’Église, son histoire et ses institutions (notamment l’Opus Dei) sont truffés d’erreurs et relèvent de la pure élucubration.
Contenu du roman

Le résumé que voici n’entend pas suivre la structure compliquée du roman, mais exposer les divers éléments de l’histoire les uns à la suite des autres. L’objectif est de donner un aperçu clair et ordonné du contenu, sans rien perdre d’essentiel.
Les thèses sur Jésus et l’Église

Ce premier point reproduit les affirmations de deux personnages, Robert Langdon et Leigh Teabing, présentés comme des experts en histoire de l’Église, ainsi qu’en matière de sociétés religieuses secrètes et de symbolique religieuse.

Presque tout ce que l’on nous a raconté jusqu’à présent sur Jésus est faux. Jésus n’était pas Dieu, mais un homme ordinaire. Il n’était pas célibataire, mais marié avec Marie-Madeleine. Il la préférait à tous les apôtres et voulait lui confier l’Église après sa mort. Ce faisant, il voulait rendre au « féminin sacré » sa place dans la religion. Il était pour ainsi dire le premier féministe. Les sources de telles affirmations sont des évangiles oubliés et retrouvés au vingtième siècle à Qumram et Nag Hammadi.

Mais l’apôtre Pierre s’opposa à la volonté de Jésus. Après sa mort en croix, il écarta Marie-Madeleine et usurpa le pouvoir. Celle-ci, enceinte de Jésus, prit la fuite, avec l’aide de Joseph d’Arimathie, et s’établit en France. Là, elle mit au monde une fille, première née d’une lignée jamais interrompue.

L’Église fit tout ce qui était en son pouvoir pour cacher une telle vérité. Elle étouffa le « féminin sacré » et fit de Marie-Madeleine une prostituée. Le moyen-âge vit l’apogée de cette campagne : cinq millions de femmes au moins furent brûlées sous l’accusation de sorcellerie.

En 325, l’empereur romain Constantin le Grand (280-337) convoqua le concile de Nicée et fit voter par l’assemblée des évêques la divinité de Jésus, à l’encontre de la conviction du peuple chrétien. Afin d’étayer cette doctrine, il fit éditer une nouvelle Bible : parmi les 80 évangiles en usage, il choisit les quatre où le Christ apparaissait comme Dieu, en faisant ré-écrire certains passages au besoin. Tous les autres textes dans lesquels il était question de l’humanité de Jésus et de ses rapports privilégiés avec Marie-Madeleine furent déconsidérés, confisqués et finalement brûlés. Quelques exemplaires de ces textes nous sont tout de même parvenus (entre autres, les évangiles apocryphes de Philippe et de Thomas).

Les descendants de Jésus et de Marie-Madeleine leur restèrent secrètement fidèles. Ils vénéraient le « féminin sacré », surtout sous la forme de rites célébrant la fertilité. Au 5 e siècle, ils formèrent la dynastie des Mérovingiens, qui parvint à conquérir le trône royal franc. Ils furent persécutés par l’Église qui en tua beaucoup à l’aide des Carolingiens. Ces derniers purent alors s’approprier le trône franc.

Une branche latérale des Mérovingiens survécut pourtant, à l’insu de tous. L’un des descendants, le croisé Godefroi de Bouillon, connaissait le « secret de famille ». Afin d’éviter que ce secret puisse se perdre à sa mort, il fonda en 1099, dans la Jérusalem reconquise, l’ordre du Prieuré de Sion. Cette fraternité secrète devait veiller à la protection de la descendance, ainsi qu’à la transmission du secret de génération en génération. Sous prétexte de protéger les pèlerins de Jérusalem, le Prieuré établit à son tour un bras militaire : les Chevaliers du Temple, ou Templiers. Ceux-ci trouvèrent dans les décombres du Temple de Salomon, à Jérusalem, des documents au contenu extrêmement compromettant pour l’Église. La possession de ces documents leur permit, en un temps record, de se retrouver à la tête d’une immense fortune, et de jouir ainsi d’un pouvoir très étendu. L’Église décida alors de les supprimer. En 1312, le Pape Clément V, lors d’une opération savamment orchestrée, fit arrêter tous les Templiers. On les tortura afin de leur faire avouer des délits tels que le satanisme, la sodomie, le blasphème. Ils purent ainsi être condamnés et brûlés comme hérétiques. Le Pape fit répandre leurs cendres dans le Tibre. Mais les documents lui échappèrent.

Malgré ces persécutions très graves, le Prieuré de Sion parvint à sauvegarder le secret à travers les siècles. Ses Grands-Maîtres ont souvent été des personnalités célèbres de la culture, parmi lesquels Sandro Botticelli, Léonard de Vinci, Isaac Newton, Victor Hugo, Claude Debussy et Jean Cocteau. La liste se trouve dans de vieux parchemins, les « dossiers secrets », découverts en 1975 à la Bibliothèque Nationale de France. Certains membres du Prieuré ont osé faire des allusions voilées au « secret ». En particulier, Léonard de Vinci nous a laissé de tels indices dans ses peintures et ses textes (le « code Da Vinci »).

Tout au long de l’histoire, le Prieuré se chargea de transporter les restes mortels de Marie-Madeleine d’une tombe à l’autre afin de les cacher aux yeux de l’Église. Seuls les quatre membres les plus haut placés savaient et savent où ils se trouvent, et connaissent l’endroit où en est cachée la « clef de voûte » : une cassette pourvue d’une serrure à combinaison contenant l’indication du lieu du tombeau.

Le vrai Graal n’est pas le calice utilisé par Jésus au Cénacle, et dans lequel Joseph d’Arimathie aurait ensuite recueilli son sang, mais Marie-Madeleine elle-même et ses descendants, dans les veines desquels continue de couler le « sang réal », le sang royal de Jésus. En fait, le mot Saint Graal vient de « sang réal » et n’a désigné que plus tard le saint Calice.
L’action du roman

L’action du roman est ici ordonnée chronologiquement. Pour un lecteur averti, il est généralement évident que les personnages et leurs aventures sont inventés. Cependant, Dan Brown prétend que tout est fidèlement reproduit d’après la réalité, aussi bien les ouvres d’art que les documents, surtout ceux de Léonard de Vinci. Les experts dans ces domaines l’ont vivement critiqué à ce sujet.

Le Prieuré de Sion n’a aucune intention de voir son secret étalé au grand jour. Mais Leigh Teabing, un richissime savant britannique passant pour être le meilleur connaisseur extérieur du Prieuré, n’est pas de cet avis : maintenant, à la fin de l’ère du Poisson et au début de l’ère du Verseau (le « New Age »), il faut absolument découvrir le mensonge et les méthodes criminelles de l’Église afin de précipiter l’effondrement de celle-ci. Il accuse le Prieuré de lâcheté. En fait, le Grand-Maître du Prieuré, Jacques Saunière, redoute une persécution de la part de l’Église car sa femme et son fils sont morts dans un mystérieux accident de voiture, dans lequel il voit une tentative d’intimidation.

Teabing, qui possède une fastueuse propriété aux environs de Versailles, a mis le Prieuré et l’Église sur écoute en utilisant les méthodes les plus modernes. Il forge un plan pour entrer en possession de la « clef de voûte ». Dans ce but, il profite d’une situation désespérée dans laquelle est tombée la Prélature de l’Opus Dei.

L’Opus Dei est décrit comme un ordre traditionaliste et sectaire, riche et puissant. Ses membres célibataires sont des moines portant la bure et pratiquant de sanglantes pénitences. Ils passent le plus clair de leur temps à murmurer des prières dans leur chambre. Leurs « méthodes de recrutement » sont agressives. Par exemple, quelques jeunes membres ont drogué d’autres jeunes pour les amener à devenir membres. On rapporte qu’un membre aurait porté le cilice plus longtemps que prévu et qu’il aurait été à deux doigts de mourir de septicémie. Des bruits courent également qu’un banquier aurait donné tous ses biens à l’Opus Dei avant de se suicider. L’Opus Dei possède « une vision, dans le meilleur des cas, moyenâgeuse de la femme ». Les femmes numéraires, par exemple, se voient forcées de nettoyer les maisons des hommes sans être payées. En 1982, l’Opus Dei a été érigé en « prélature personnelle du pape », en récompense de ses services pour éponger la dette de la Banque du Vatican - on avance le chiffre de près d’un milliard de dollars -, la sauvant ainsi d’une faillite certaine.

Entre-temps, un pape très libéral est arrivé à la tête du Vatican. Celui-ci voit d’un mauvais oil l’Opus Dei dans une Église moderne et décide de l’exclure. Il donne à l’évêque de l’Opus Dei, Aringarosa, un délai de six mois pour accepter la mesure et se séparer de sa propre initiative.

Mais Teabing a eu vent de la chose. Feignant d’être un pieux « maître » qui se fait du souci pour l’Église et l’Opus Dei, il contacte Aringarosa par téléphone et lui promet, contre paiement de la modique somme de 20 millions d’euros, de le mettre en possession du secret du Prieuré. Cela rendrait l’Opus Dei si puissant que le Vatican n’oserait plus lui nuire.

Aringarosa accepte l’offre. Pour la réalisation de la transaction, il met à sa disposition un numéraire du nom de Silas, un albinos qui, dans sa jeunesse en France, était devenu un assassin et avait fait de la prison à Andorre. S’étant évadé à la faveur d’un tremblement de terre, il était passé en Espagne. Il y avait été recueilli aux portes de la mort par Aringarosa, qui l’avait soigné, converti et fait entrer dans l’Opus Dei.

Sur indication du « maître », Silas tue la même nuit les quatre détenteurs du secret du Prieuré. Chacune des victimes, avant d’expirer, lui fait le même aveu : la « clef de voûte » se trouve dans l’église Saint-Sulpice, à Paris. Silas s’y hâte, mais doit bientôt se rendre à l’évidence qu’il a été envoyé sur une fausse piste. Remarquant que la gardienne de l’église, une religieuse, est en contact avec le Prieuré, il la supprime. Pour réparer ces horribles crimes, il se mortifie jusqu’au sang, bien que, dans une curieuse logique, il soit convaincu d’être déjà pardonné, étant donné que ses crimes sont commis pour une sainte cause : la défense de l’Église et de l’« Ouvre de Dieu » contre leurs ennemis.

Jacques Saunière, Grand-Maître du Prieuré et conservateur du Musée du Louvre, est le dernier gardien du secret que Silas ait trucidé, cette fois au milieu du fameux musée. Comme par caprice, Silas le quitte avant qu’il ne meure. Ainsi, Saunière a encore le temps de laisser une série d’indications chiffrées sur le secret. Les destinataires sont Robert Langdon, professeur de symbologie à Harvard, avec lequel il avait rendez-vous le jour même, et sa petite-fille Sophie Neveu, cryptologue à la police criminelle.

Langdon et Neveu arrivent sur le lieu du crime, trouvent les indications et commencent à suivre la trace qui les mène d’indice en indice. Ce faisant, ils doivent aussi fuir la police qui les tient pour suspects. Ils trouvent la « clef » dans un coffre d’une banque suisse à Paris. Afin de déchiffrer le message qu’ils y trouvent, Langdon se rend chez son collègue Teabing près de Versailles pour lui demander aide. Celui-ci renseigne Sophie sur le Prieuré et son secret. Silas qui, sur indication du « maître », s’est mis sur la trace des deux, est arrêté et ligoté par le majordome de Teabing.

Teabing, Langdon et Neveu se rendent compte qu’il y a une deuxième « clef », cachée dans une église de Londres. Sautant dans le jet privé de Teabing, ils arrivent à Londres le lendemain à l’aube. Une fois la « clef » trouvée, Teabing tombe le masque : l’arme à la main, il exige de Langdon la remise de la « clef ». Mais par un subterfuge, Langdon réussit à inverser les rôles.

Entre-temps, grâce à un aveu d’Aringarosa, la police a pu localiser Silas dans un centre de l’Opus Dei à Londres. Au moment de l’arrestation, Silas tire malencontreusement sur son propre évêque, tandis qu’il est lui-même atteint par une balle d’un policier et meurt. La police arrête également Teabing par la suite.

Le message contenu dans la deuxième « clef » conduit Langdon et Sophie à une église des Templiers en Écosse. Là, Sophie retrouve, avec l’émotion qu’on imagine, son frère et sa grand-mère, qu’elle avait cru morts dans un accident de voiture. Elle comprend enfin qu’elle-même est la dernière-née de la descendance de Jésus.

De retour à Paris, Langdon continue à élucider le mystère et découvre que le tombeau de Marie-Madeleine se trouve juste sous la fameuse pyramide du Louvre, que le Président Mitterrand a fait construire, lui qui avait la renommée de fréquenter des milieux ésotériques. Tombant à genoux auprès du tombeau, Langdon croit entendre la voix d’une femme : la Sagesse elle-même, lui parlant du fond des âges.
Quelques erreurs théologiques et historiques

Il est naturellement impossible de réfuter ici toutes les erreurs du livre. Aussi nous limiterons-nous à quelques questions essentielles.
La divinité du Christ

a) Dan Brown prétend que , originellement, Jésus était considéré par les chrétiens comme un simple prophète et un homme mortel. C’est l’empereur romain Constantin (+337) qui était intéressé, pour des raisons politiques, à la croyance en la divinité du Christ. En 325, il convoqua donc un Concile à Nicée, afin d’y faire officiellement déclarer la divinité de Jésus. Le Concile, à la suite d’un vote à très courte majorité, a commencé à le considérer comme « Fils de Dieu ».

Il est cependant avéré que , loin d’être une invention du Concile de Nicée, la confession de la divinité de Jésus est affirmée comme un pilier de la foi catholique dès les écrits chrétiens les plus anciens qui nous soient connus : non seulement d’un bout à l’autre du Nouveau Testament (1), mais aussi, par exemple, chez Clément de Rome (vers l’an 90), Ignace d’Antioche (début 2 e siècle), Justin (moitié 2 e siècle), etc. (2)

Le Concile de Nicée débattit d’une question concernant la Sainte Trinité, à savoir si le Fils est « de même substance que le Père ». Sur plus de 200 évêques présents au Concile, tous sauf deux souscrivirent à cette définition, dans la conviction qu’elle exprimait la foi de toujours. Le nom des deux opposants nous est connu : Théonas (Téon) de Marmarica et Segundus de Ptolémaïde (3).

b) Dan Brown prétend que la Bible, telle que nous la connaissons aujourd’hui, a été collationnée par un païen, l’empereur Constantin, qui a régné au début du 4 e siècle (de 306 à 337). Pour des raisons politiques, il aurait commandé et financé la rédaction d’un Nouveau Testament qui excluait tous les évangiles évoquant les aspects humains de Jésus et qui privilégiait - au besoin en les adaptant - ceux qui le faisaient paraître divin. Les premiers évangiles furent déclarés contraires à la foi et brûlés. Quelques-uns échappèrent pourtant à la destruction.

Il est cependant avéré qu’ en réalité, les évangiles de Matthieu, Marc, Luc et Jean sont bien plus anciens. Nous en possédons des fragments datés d’environ 125 (papyrus Rylands), 200 (papyrus Bodmer), 225 ou 250 (papyrus Chester Beatty), en tout une centaine de papyrus écrits entre le 2 e et le 4 e siècle, dont une bonne partie largement antérieure à Constantin.

Ces textes coïncident de façon frappante avec les manuscrits plus tardifs des 4 e, 5 e , 8 e siècles ; ces derniers ne sauraient donc être une création de l’époque de Constantin. Les évangiles dans leur état actuel peuvent être considérés comme des écrits historiques remarquablement fiables, et comme présentant ce qu’ont cru les chrétiens dès les premières générations.

À noter : la remarquable proximité des papyrus cités avec l’époque de Jésus et celle de la rédaction des textes : le papyrus Rylands date de moins de 30 ans après la rédaction originale. A titre indicatif, le manuscrit le plus ancien que nous possédons de Jules César est postérieur à l’original de 1100 ans, celui de Platon, de quelque 1400 ans.

Qui plus est, le canon du Nouveau Testament - l’ensemble des livres qui ont été retenus par l’Église comme inspirés par Dieu (dont les quatre évangiles que nous connaissons) -, loin d’avoir été fixé par Constantin, se trouve déjà formulé comme tel dans le Fragment de Muratori , document rédigé à Rome vers 200 après J.C., donc plus d’un siècle avant le règne de Constantin (4).

Il existe quantité d’écrits apocryphes, c’est-à-dire extérieurs à la Révélation biblique. Pour la plupart, il s’agit de romans religieux tardifs et peu fiables en tant que sources historiques. Quoi qu’il en soit, la divinité de Jésus-Christ y apparaît clairement, et même exagérément : on y trouve de nombreux récits de miracles que Jésus aurait réalisés dès son plus jeune âge. Par exemple, Jésus aurait « joué » à tuer et ressusciter à volonté des animaux. À côté de certains éléments valables, les écrits apocryphes sont en grande partie de naïves inventions, émaillées de théories d’origine non chrétienne. Pour cette raison, ils ont été très tôt rejetés par l’Église comme non bibliques (5).

c) Dan Brown prétend que rien dans le christianisme n’est original, que le personnage de Jésus est composé sur le modèle de divinités pré-chrétiennes comme Mithra, Krishna, Osiris, Adonis et Dionysos.

Il est cependant avéré que le christianisme s’est répandu précisément en se présentant comme un « enseignement nouveau » (Mc 1, 27), allant radicalement à l’encontre des idées dominantes de l’époque : un Dieu qui devient un homme véritable, qui n’affronte pas ses ennemis sur le champ de bataille mais qui oppose la puissance de l’amour à celle des armes, qui meurt crucifié en pardonnant à ses bourreaux, qui ressuscite au bout de trois jours. Jésus peut bien présenter certaines similitudes avec les dieux cités (comme d’ailleurs il peut en avoir avec Socrate), mais les témoignages historiques, quant aux traits décisifs, en donnent une image à l’opposé des figures mythologiques.
Au sujet d’un prétendu mariage de Jésus avec Marie-Madeleine et leur descendance

Dan Brown prétend que Jésus était marié. Comme le célibat n’existait pas chez les Juifs, si Jésus n’avait pas été marié, les évangiles l’auraient dit explicitement. Sa femme n’était autre que Marie de Magdala (Marie-Madeleine), femme de sang royal de la tribu de Benjamin, selon des preuves historiques. Dans « l’évangile selon Philippe », il est écrit, par exemple, que Marie-Madeleine était la compagne (the companion) de Jésus. Il l’a aimée plus que toute autre et l’embrassait sur la bouche. Jésus voulait que son Église, après sa mort, lui soit confiée. Mais, comme le dit « l’évangile selon Thomas », lorsque Jésus voulut introduire Marie-Madeleine dans le collège des apôtres, Pierre protesta en disant : « Marie doit nous quitter, car les femmes ne sont pas dignes de vivre ». Et de fait, après la mort de Jésus, les apôtres chassèrent Marie-Madeleine et s’emparèrent de l’Église.

Pire encore : du mariage de Jésus avec Marie-Madeleine surgit une descendance royale. C’est à elle que fait allusion, en réalité, la légende du Saint Graal, car le véritable Graal (calice) ayant contenu le sang de Jésus, est Marie-Madeleine elle-même, dans la descendance de qui coule depuis lors le sang royal de Jésus.

Il est cependant avéré que de telles affirmations dépassent largement ce que l’on peut trouver dans les passages cités par l’auteur. Aucun évangile, même apocryphe, ne mentionne une descendance de Jésus et Marie-Madeleine.

L’ évangile selon Philippe est une sorte de catéchisme de la secte gnostique des Valentiniens, séparée de l’Église bien avant sa rédaction. Il peut être daté du troisième ou de la fin du deuxième siècle de notre ère. Son élément central est le rejet du monde matériel, en général, et de toute union maritale, en particulier. Il serait donc contraire à l’esprit même de ce texte de faire allusion à une relation intime entre Jésus et Marie-Madeleine, ainsi qu’à une descendance commune. Le « baiser sur la bouche » est connu comme une forme courante de salutation dans cette culture, un témoignage de profonde communion spirituelle (et uniquement spirituelle). Dans l’ évangile selon Philippe , il en est question assez souvent, et il est également pratiqué entre hommes.

Quant à la citation de l’ évangile selon Thomas , il est important de la remettre dans son contexte pour bien la comprendre. Après la protestation de Pierre contre la présence de Marie-Madeleine, parce que c’est une femme, Jésus lui répond : « Ne crains pas. Je ferai d’elle un homme, afin qu’elle devienne un esprit vivant, comme vous les hommes. Car chaque femme qui devient homme entrera dans le Royaume des cieux ». Dans quelque sens dérivé que l’on veuille interpréter ce passage (Brown, lui, l’interprète au pied de la lettre), on ne peut y trouver ni une déclaration sur la féminité ni une allusion à une quelconque descendance. Les quatre évangiles de la Sainte Écriture donnent, quant à eux, une image bien plus positive de la femme. Jésus y traite les femmes avec une considération inusitée pour l’époque. Il met en lumière l’hypocrisie d’une législation qui condamne la femme à la lapidation, tout en fermant les yeux sur le péché de l’homme (Jn 8, 1-11) ; il accueille les prostituées au même titre que les justes (Mt 21, 31ss.) ; et surtout, il est né d’une femme, Marie, qui a reçu tout au long de l’histoire un culte prééminent. En outre, à l’heure de la crucifixion, plusieurs femmes (sa mère, Marie, Marie-Madeleine et d’autres) se montrent plus fortes que les apôtres, restant auprès de lui alors que ces derniers fuient. Elles sont également les premières à être témoins de la résurrection.

Quant au célibat, il existait bel et bien à l’époque de Jésus, par exemple dans les communautés de Qumram et chez les groupes esséniens, où il était observé dans l’attente de l’arrivée du Messie. On trouve dans la Bible d’autres personnes qui ne se sont pas mariées, par exemple le prophète Jérémie, Jean-Baptiste ou encore Paul.
Autres affirmations sur l’Église catholique

a) Dan Brown prétend que la soif de pouvoir est le moteur de l’action de l’Église et le mensonge le moyen pour y arriver. Pour ses adeptes, toute action est valable pourvu qu’elle atteigne l’objectif du pouvoir.

Il est cependant avéré que le motif primordial de l’action de l’Église est l’annonce de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ à tous les peuples, ainsi que le service de l’amour (diaconie) envers tous les hommes. L’Église a approfondi la culture de l’Antiquité et l’a maintenue durant les longs siècles du moyen-âge. C’est dans son giron que sont nées la conscience sociale et les diverses ouvres de service du prochain. Motivée par la foi de l’Église, une foule de chrétiens s’est efforcée efficacement de pratiquer le commandement de l’amour. Parmi eux Martin de Tours, François d’Assise, Ignace de Loyola, Jean de Dieu, Camille de Lellis, Vincent de Paul, Louise de Marillac, Joseph B. Cottolengo, Jean Bosco, Luigi Orione, Teresa de Calcutta, et tant d’autres. « L’Église catholique est actuellement la plus grande ouvre sociale au monde » (Prof. Mary Ann Glendon, Harvard). Tout ceci serait impensable si elle n’était par essence qu’un appareil de pouvoir.

La défense que l’Église a faite de la liberté (notamment de la liberté religieuse), des droits de l’homme, de la dignité de la personne, a provoqué d’importantes confrontations de cette institution avec le pouvoir politique tout au long de l’histoire. Il en a coûté la vie à un nombre non négligeable de catholiques convaincus.

b) Dan Brown prétend que l’Église catholique a voulu empêcher la diffusion des rouleaux découverts à Qumran, non loin de la Mer Morte, parce qu’on y a trouvé les premiers textes chrétiens.

Il est cependant avéré que cette affirmation a été contredite, notamment par des théologiens protestants (6). Une telle manouvre aurait été inutile du fait que les manuscrits de Qumran ne contenaient aucun écrit apocryphe, et donc encore moins un écrit au contenu compromettant.

c) Dan Brown prétend que l’Église catholique a réprimé le culte féminin par la violence. Elle a persécuté toutes les femmes vivant « en lien avec la nature », dont toutes les cueilleuses de plantes médicinales. Ainsi, l’Inquisition, au long de trois siècles de chasse aux sorcières, aurait brûlé pas moins de 5 millions de femmes.

Il est cependant avéré que les « chasses aux sorcières » en Europe, selon les estimations les plus récentes, ont dû faire entre 30.000 et 50.000 victimes. En outre, il n’y avait pas que des femmes parmi les victimes et toutes ne furent pas non plus condamnées au bûcher. Par ailleurs, la « chasse aux sorcières » n’est pas l’apanage de l’Église catholique : dans des contrées non catholiques, elle fut même plus longue et plus violente.

Tout en rejetant dès ses origines la sorcellerie comme superstition païenne, l’Église s’est d’abord opposée aux condamnations prononcées pour cette cause par les autorités civiles. Ce n’est qu’à partir du 15 e siècle, et en bonne partie sous la pression populaire, que l’Inquisition l’a considérée comme un délit.

Pour l’historien danois G. Henningsen, dans l’Europe chrétienne du moyen-âge, 63% de ces condamnations furent prononcées par des tribunaux civils. A l’époque moderne, d’après le même historien, le nombre de sorcières brûlées par l’Inquisition s’élève au Portugal à 4 cas, en Espagne à 59, en Italie à 36 ; aux yeux de ses contemporains, affirme Henningsen, l’Inquisition a dû passer pour scandaleusement indulgente, par comparaison avec le nombre bien plus élevé de bûchers ordonnés par l’autorité civile. Pour notre époque il s’agit évidemment d’une erreur grave de certains membres de l’Église, pour laquelle le Pape Jean-Paul II a demandé pardon.

Les femmes tenues pour saintes par l’Église sont très nombreuses. Certaines d’entre elles ont exercé une influence considérable dans l’Église : Catherine de Sienne, Brigitte de Suède, Julienne du Mont-Cornillon, Thérèse d’Avila, Thérèse de Lisieux, Edith Stein, etc., ainsi qu’un grand nombre de fondatrices de congrégations religieuses, tout au long de l’histoire. En Hildegarde de Bingen l’Église honore du titre de sainte une femme connue comme grande experte en herbes médicinales (7). Plusieurs d’entre elles sont honorées du titre de docteur de l’Église.

d) Dan Brown prétend que , pour l’Église catholique, la sexualité et le mariage sont mauvais en soi.

Il est cependant avéré que l’Église a fait du mariage un de ses sept sacrements, au même titre que le baptême, la confirmation, l’eucharistie ou l’ordre. Elle a par ailleurs condamné comme hérétique le mépris du corps et du mariage, notamment les enseignements du pseudo-évangile de Philippe. Les tendances à mépriser le corps n’ont pas manqué en son sein, mais l’Église a toujours cherché à libérer la sexualité des dépendances indignes de l’homme, combattant aussi bien sa déification que sa commercialisation et favorisant sa parfaite intégration dans l’amour personnel que se doivent l’homme et la femme (8).

e) Dan Brown prétend que l’Opus Dei est une bande « d’assassins pieux », dont le but est le pouvoir et la richesse.

Il est cependant avéré que l’Opus Dei est une institution de l’Église catholique (une prélature personnelle), active dans 61 pays et dans des centaines de diocèses du monde entier, toujours avec l’approbation explicite ou à la demande des évêques locaux ; que ses membres ne sont pas des moines mais des laïcs et des prêtres ; et que le but de cette prélature est exclusivement spirituel et apostolique : la diffusion de l’idéal de la sanctification (c’est-à-dire la plénitude de la vie chrétienne) dans et à travers le travail professionnel et les autres occupations ordinaires. Son fondateur est saint Josémaria Escriva (1902-1975), canonisé par Jean-Paul II en 2002.

Pour plus d’information sur cette dernière question, on peut consulter les sites Internet suivants :

www.opusdei.be

www.opusdei.fr

www.opusdei.org

www.davincicode-opusdei.com
(Weblog de Fr. John Wauck, prêtre de l’Opus Dei).
Conclusion

On peut dire, en conclusion, que le roman Da Vinci code ne révèle rien de nouveau, mais crée de toutes pièces un mythe semblable à tant d’autres inventés par le passé. Plus précisément, il nous ressert tous les vieux mythes, en les fondant en un tout encore plus fantaisiste.
Bibliographie :

• Amy Welborn , Da Vinci. La grande mystification - Réponse à une imposture ésotérique , Le Forum Diffusion, Perpignan 2004.

• Carl E. Olson , Sandra Miesel , The Da Vinci Hoax. Exposing the Errors in "The Da Vinci Code" , Ignatius Press, 2004.

• Darrell L. Bock , Die Sakrileg-Verschwörung. Fakten und Hintergründe zum Roman von Dan Brown . Brunnen-Verlag, Gießen, 2006.

• Massimo Introvigne , Gli Illuminati e il Priorato di Sion. La verità sulle due società segrete del "Codice Da Vinci" e di "Angeli e Demoni" , Piemme, Casale Monferrato, 2005.

www.jesusdecoded.com (site promu par les évêques des États-Unis).

Rédaction : Mgr D. Le Tourneau

Éditeur : a.s..b.l. Dienst voor Documentatie, Stationstraat 10,
BE-2220 Heist-op-den-Berg (Belgique), info@dvdoc.org

Commandes : sur http://www.dvdoc.org ou bien à l’adresse suivante : Bosmanslei 16, BE-2018 Anvers (Belgique),
tél. 03 237 63 96 depuis la Belgique
tél. +32 3 237 63 96 depuis d’autres pays.

Copyrigths : toute reproduction est interdite sans la permission explicite et écrite de l’éditeur. © DvDoc 2006.

(1) Cf., entre autres textes, Mc 14, 62-64 ; Lc 22, 66-71 ; Jn 1, 1-18 ; 8, 58 ; 20, 28 ; Rm 9, 5 ; Col 1, 1-17 ; Tt 2, 13.

(2) Cf. G. Grillmeier , Le Christ dans la tradition chrétienne , Cerf, Paris, 2003, pp. 284-297.

(3) Cf. Dictionnaire de théologie catholique , éd. Letouzey et Ané, vol. XI, col. 407.

(4) Cf., p. ex., H.R. Drobner , Les Pères de l’Église , éd. Desclée, Paris 1999, p. 24.

(5) Cf. Ch. Perrot , « Évangiles », dans Dictionnaire critique de théologie , sous la direction de J.-Y. Lacoste , P.U.F., Paris, 1998 - Voir aussi : P. Grelot , Jésus de Nazareth, Christ et Seigneur , Cerf, Paris 1997, vol. I, pp. 17-69. On trouve des exposés similaires dans des ouvrages d’initiation à la Bible. Adde : Vatican II, Constitution dogmatique Dei Verbum sur la Révélation divine.

(6) Cf. Otto Betz , Rainer Riesner , Jesus, Qumran und der Vatikan , Herder, 1993.

(7) Sur l’ensemble de la question, cf. Gustav Henningsen , La Inquisición y las brujas , dans L’Inquisizione, Atti del Simposio internazionale dal 29 al 31 ottobre 1998 , éd. par A. Borromeo, Città del Vaticano 2003, pp. 567-605. Adde : Jean-Paul II, Lettre aux femmes (1995) ; exhortation apostolique sur la dignité et la vocation de la femme Mulieris dignitatem , 1988.

(8) Cf. Benoît XVI, Encyclique Deus caritas est (2006), particulièrement les n os 3 à 18.

Dans la même rubrique